Responsive menu

Mieux comprendre les mécanismes d'action

Navigation

Mieux comprendre les mécanismes d’action des médicaments homéopathiques

De nombreux travaux ont démontré l’existence d’une pharmacologie spécifique des doses infinitésimales. Ils mettent en évidence l’activité de dilutions homéopathiques et permettent de progresser dans la connaissance de leur mécanisme d’action.

L’infinitésimal : l’effet au-delà de la matière

Dilution homéopathique

Depuis ses origines, l’homéopathie repose sur les effets thérapeutiques de substances dont la toxicité est supprimée par l’emploi de très petites doses, jusqu’au niveau dit "infinitésimal". L’expérience empirique confirme que des dilutions au-delà des limites connues de la matière ont une activité biologique ou physique décelable, mesurable, reproductible. Les effets sont spécifiques à la substance diluée, alors même qu’il n’en subsiste parfois aucune trace moléculaire.

Des résultats reproductibles éprouvés

  • Nouvelles voies de recherche : l’exemple des dilutions de Gelsemium

Gelsemium sempervirens (jasmin de Virginie) est souvent prescrit pour ses propriétés sédatives, anxiolytiques et analgésiques. Une équipe a émis l'hypothèse que ce médicament agisse en régulant la sécrétion d’allopregnanolone, (hormone synthétisée par le système nerveux). Des chercheurs ont testé trois dilutions homéopathiques de Gelsemium et de gelsemine "alcaloïde présent dans la teinture mère de Gelsemium" sur le système nerveux central; les résultats ont montré qu’elles stimulent effectivement la synthèse de l'allopregnanolone, notamment en 5 et 9 CH (1).

  • Dilutions d'histamine et basophiles 

L’histamine est une substance biochimique libérée par les basophiles, en cas de réaction allergique. Une étude2 impliquant quatre centres de recherche a montré que des hautes dilutions d’histamine (15 à 19 CH) inhibent l’activation des basophiles humains. Ces résultats ont fait l’objet de plusieurs publications dans des revues de référence. (2)

  • Dilutions d’aspirine et temps de saignement

L’aspirine augmente le temps de saignement et réduit l’agrégation des plaquettes qui sert à la coagulation. En hautes dilutions (5 et 15 CH) l’aspirine provoque l’effet inverse. Ce modèle, à la base des procédés de fabrication de l’homéopathie, a donné lieu à une vingtaine de publications.

Les enseignements de la thermoluminescence

La recherche physique étudie l'organisation structurale et les propriétés physico-chimiques des hautes dilutions. Des travaux effectués en thermoluminescence démontrent une modification de la structure physique de dilutions de chlorure de lithium et de chlorure de sodium par rapport à leur solvant. Ces observations, publiées (3) en 2003, nécessitent aujourd'hui d'être complétées pour parvenir à expliquer le mécanisme d'action et analyser les changements de structure qui s'opèrent lors de l'imprégnation de la dilution dans le granule, puis au niveau de l'organisme vivant.

Prof. Louis REY

En savoir plus sur la Thermoluminescence et les travaux du Pr Louis Rey (PDF - 2,21 MB) Pr Louis Rey (*) - Conseiller scientifique des Laboratoires Boiron

“Il est aujourd’hui fondé de dire que la préparation de dilutions homéopathiques, par dilution et dynamisation, provoque des changements permanents, importants, dans le liquide de départ, même lorsque la concentration théorique en substance dissoute est devenue non mesurable.”

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, Docteur ès Sciences et Professeur des Universités, Louis Rey a enseigné la biologie physico-chimique. Il a consacré ses travaux à la lyophilisation avant de s’intéresser à l’étude de l’eau et des hautes dilutions par thermoluminescence.

(*) : Le Professeur Louis Rey est décédé à la fin de l'année 2010. Boiron a perdu son conseiller scientifique et un ami.

Références bibliographiques

[1] VENARD C. : Régulation de la neurostéroidogenèse dans la moelle épinière et le système lymbique par la gelsémine et Gelsemium sempervirens : analyse cellulaire et implications neurophysiologiques. Thèse de doctorat ès science, 2008.
[2] BELON P.;CUMPS J.;ENNIS M.;MANNAIONI P.F.;SAINTE-LAUDY J.;ROBERFROID M.;WIEGANT F.A.C. Inhibition of human basophil degranulation by successive histamine dilutions :results of a Europeanmulti-centre trial. Inflammation Research 1999,48 suppl,p.S17-S18
[3] REY L. : Thermoluminescence of ultra-high dilutions of lithium chloride and sodium chloride. Physica A, 2003, 323, p. 67-74