Responsive menu

Parole de PRO

Navigation

« Un autre regard sur la ménopause »
Interview du Dr Michelle Duclos, Gynécologue.

Dans la période de ménopause, que viennent chercher les femmes auprès de vous?

Cela dépend. Pour certaines, les premiers signes de la péri-ménopause se font sentir plusieurs années avant. Elles sont de plus en plus gênées par les cycles irréguliers, les bouffées de chaleur etc. Leur sommeil est perturbé et l’humeur aussi ! Elles s’adressent donc au médecin pour être soulagées. D’autres s’adressent à moi parce qu’elles se posent des questions : les risques liés à la ménopause, la sexualité, les traitements possibles, etc.

Et quels traitements utilisez-vous pour accompagner la période de ménopause ?

Là non plus, il n’y a pas de réponse type. Parfois, quelques conseils d’hygiène suffisent (nutrition, activités physiques). Certaines situations appellent un traitement hormonal qui, bien adapté, permet une bonne prise en charge. Il existe aussi des cas où je recours à l’homéopathie.



Pourquoi avoir intégré l’homéopathie à votre pratique médicale ?

Parce que même après 40 ans de pratique, je reste curieuse ! Et puis parce que j’ai une vision ouverte de la médecine. Mon métier consiste à soulager la patiente que ce soit avec un traitement hormonal ou des médicaments homéopathiques ; parfois les deux !

Derrière la ménopause, est-ce qu’il n’y a pas surtout la peur de vieillir ?

Oui, bien sûr ! Au-delà des symptômes qui, certes, peuvent perturber le quotidien, la ménopause est vécue négativement dans beaucoup de pays occidentaux. Mais comment passer sereinement le cap de l’âge mûr dans une société où jeunesse, beauté et minceur sont les normes ? J’essaie de parler à mes patientes des bénéfices à vieillir : maturité, sagesse, etc. D’ailleurs, la perception de la ménopause est très culturelle : dans certaines sociétés, comme l’Inde ou l’Océanie, le statut de la femme évolue positivement à la ménopause. Pour s’approprier cette nouvelle étape de leur vie, les femmes doivent donc apprendre à porter un autre regard sur la ménopause.



Propos recueillis en septembre 2013