candidats

Candidat

journalistes

Journaliste

pro- santé

Professionnel de santé

LE ROBINIER : FAUX ACACIA MAIS VRAIES QUALITÉS

 

Le robinier faux acacia, ou robinier pseudoacacia, a un bois quasi imputrescible, idéal pour certaines constructions. Des fleurs dont les abeilles raffolent pour faire leur miel. Et une écorce, riche en polyphénols, appréciée par les laboratoires pharmaceutiques. Ce n’est pas pour rien que c’est l’un des arbres les plus cultivés au monde.

Le robinier : plus vieil arbre de Paris

Le robinier est un arbre originaire d’Amérique du Nord. Il doit son nom à Jean Robin, car ce botaniste des rois Henri IV et Louis XIII a été le premier à en ramener des graines en France en 1601. Jean Robin aurait planté le premier spécimen français dans son jardin, là où se situe aujourd’hui la place Dauphine. Celui-ci a disparu depuis mais deux autres robiniers, également plantés à l’époque, existent encore aujourd'hui à Paris. Celui qui est au square René Viviani a été planté en 1601, ce qui en fait le plus vieil arbre de la capitale. L’autre, planté en 1636, est encore visible au Muséum d’Histoire Naturel de Paris. Quant au second nom du robinier : faux acacia ou pseudoacacia, il le doit à sa ressemblance avec les espèces du genre Acacia.

robiniermask

Où trouve-t-on le robinier ?

 

Le robinier se naturalise facilement. C’est la raison pour laquelle on le trouve un peu partout sur la planète. Dans certaines régions, il est même considéré comme une espèce nuisible car il empêche la croissance des espèces natives. En Amérique du Nord, son pays d’origine, il est très répandu en Pennsylvanie, en Géorgie, dans l’Illinois et dans l’Arkansas. En Europe, on le rencontre dans quasiment tous les pays. De la France à la Pologne et de la Grèce aux Pays-Bas en passant par l’Allemagne, la Bulgarie, l’Italie du Nord ou la Suisse. Le robinier pousse également en Turquie, en Israël, en Chine, en Australie et en Nouvelle Zélande. Bref : le robinier se sent partout chez lui… sauf au-dessus de 700 mètres, car c’est un arbre de basse altitude.

robinier2mask

Comment reconnaître le robinier ?

Le robinier faux acacia est un arbre épineux de la famille des Fabacées. Il peut atteindre jusqu’à 30 mètres de haut. Son tronc droit a des branches lisses et des rameaux anguleux et pelucheux. Ses fleurs blanches sont réunies en grand nombre et forment des grappes pendantes. Elles s’épanouissent de mai à juin et leur odeur rappelle un peu celle de la fleur d’oranger. Quant aux fruits du robinier, ce sont des gousses qui deviennent rouge-brun lorsqu’elles sont mûres et contiennent 4 à 10 graines en forme de rein. Enfin, comme les vrais acacias, le robinier faux acacia possède des stipules qui se transforment en grosses épines aplaties. Ces dernières persistent pendant plusieurs années alors que le reste de la feuille est tombé.

Le robinier : un arbre dont on cultive les nombreuses qualités

 

Les cultures de robinier se comptent en millions d’hectares dans le monde. C’est la troisième essence feuillue de production, après le peuplier et l’eucalyptus. Pourquoi d’aussi grandes surfaces ? Parce que le robinier a de nombreuses qualités ! Grâce à son système racinaire très développé qui stabilise les sols, il est utile pour fixer les talus et les terrains sablonneux. Et son bois, aussi dur que le chêne et quasi imputrescible, fait qu’il est souvent utilisé en remplacement des bois exotiques comme le teck pour réaliser des terrasses, des clôtures ou du mobilier de jardin.

Un arbre apprécié de tous mais attention : toxique !

 

Le robinier est apprécié pour les qualités de son bois. Pour ses fleurs, qui sont utilisées en parfumerie et peuvent aussi être préparées en tartes ou en beignets. Et pour l’écorce fraîche de ses jeunes rameaux qui contient de nombreux polyphénols et est transformée en solutions de santé par les laboratoires pharmaceutiques. Même les abeilles en raffolent car ses fleurs, très mellifères, leur font produire un miel délicieux. Mais attention : le robinier peut être dangereux ! Les écorces de ses tiges et de ses racines, ainsi que ses graines et ses feuilles, contiennent en effet des protéines toxiques en cas d’ingestion.

Partager :

Facebook
Linkedin
test@tes.fr
ok